Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Seuls

 

 

Robinsonnade ? Seuls en a toutes les caractéristiques ! Chapeau bas pour les auteurs qui ont su réaliser un savoureux cocktail avec les meilleurs ingrédients du genre. Une bonne dose de « Lost » – un récit fantastique, énigmatique dont le suspense repose sur des questions sans réponses – une rasade de « Sa majesté des mouches » - pour la complexité des relations humaines – une touche de « Je suis une légende » - pour le décor urbain post apocalyptique – et puis un zeste du « Bus à l’impérial », de « 2001 l’odyssée de l’espace », de « Coke en stock » - où ça ? - quelques courses poursuite digne de Bébel – « Peur sur la ville » - le tout servi par un dessin dynamique dans la pure tradition de la bande dessinée franco-belge à la Spirou. J’a-dooooore !

 seuls 1

Tome 1 – La disparition

 

Les auteurs ne perdent pas de temps pour poser l’intrigue. Le regard couvre une ville trépidante mais demain tout aura disparu ! Dernière soirée pour Yvan qui joue sur sa console de jeux en attendant ses parents, pour Leïla qui bricole sur le pas de la porte, pour Camille qui bachote dans sa chambre, pour Terry qui s’abrutit devant des séries télévisées et pour Dodji qui se fait racketter dans la cours de son internat.

Fondu au noir, comme au cinéma. On survole désormais une ville calme, silencieuse, comme abandonnée. Des papiers volent au travers des rues comme les buissons dans les villes fantômes de western…

« Ehhoooo » C’est l’écho des appels de Dodji « Y a quelqu’un ? ». Dodji rase les murs, poings serrés sur une matraque. Il déambule à la recherche d’une âme qui vive. A un carrefour il est percuté par un vélo conduit par Leïla. Elle porte Terry sur son porte bagages. Trop heureux, ils poursuivent ensemble leur exploration. En passant devant un magasin d’électroménager ils constatent que les écran de télé son brouillé. Il n’y a d’ailleurs plus d’émission radio. Même internet est en panne ! Leïla éclate en sanglot. Mais qu’est-ce qui se passe ?

Plus loin Dodji sauve Camille des crocs d’un chien errant en le menaçant de quelques moulinets de son bâton. Sac à dos elle se rendait à l’école comme si de rien n’était.

Ensemble ils échangent sur les circonstances des disparitions. Cela ne semble pas affecter que les adultes. Beaucoup d’enfants manquent à l’appel. Les interprétations les plus cocasses sont évoquées telle que l’enlèvement par des extra-terrestres.

Ils quittent finalement la ville en espérant trouver des réponses ailleurs. Ils croisent Yvan qui les invite chez lui. Il a d’autres hypothèses : s’agit-il d’un rêve ? d’une émission de caméra cachée ? est-ce que c’est la fin du monde comme pour les dinosaures ? sont-ils en enfer ? C’est un suspens lostien !

Dodji et Leïla empruntent une décapotable pour poursuivre leurs investigations. Ils rencontrent des rhinocéros qui les chargent. Devant le pavillon d’Yvan c’est un tigre blanc qui montre le bout de ses moustaches. Affolés, tous décident de mettre les voiles à bord d’un 4x4 pour se mettre à l’abri cette nuit dans un immeuble de bureaux. Ils vident un distributeur de friandises en guise de repas, aménagent une tente douillette dans un bureau de direction et Dodji fait le tour des étages pour allumer des bureaux afin de réaliser un S.O.S lumineux sur la façade.

Terry s’échappe pendant que les autres dorment. Au réveil les gamins ont beaucoup d’hésitations sur l’attitude à adopter. Faut-il attendre le retour des adultes ? Dodji les secoue un peu : « Mais vous n’avez donc toujours pas compris ?...Les adultes reviendront pas ! On peut pas compter sur eux ! On peut jamais compter sur eux ! » Et il part à vélo dans la ville.

Il retrouve Terry réfugié sur un mât d’un chapiteau de cirque pour tenter d’échapper aux crocs du tigre blanc. Après une brève échauffourée le tigre est noyé.

 Seuls 2

Tome 2 – Le maître des couteaux

 

Les gamins se sont finalement installés dans un hôtel cossu. Un étrange personnage les espionne. Désoeuvré, éméché, Yvan et Leïla tirent dehors à tort et à travers avec un pistolet. De colère, Dodji gifle Yvan, arrache violemment l’arme des mains de Leïla et de dépit fait mine de laisser tomber le groupe.

Pendant qu’il se baguenaude en ville il démasque celui qui les épie, le poursuit dans les étages d’un vieil immeuble. Le maniaque est armé et de chassé il devient chasseur. Dodji lui échappe de justesse en montant sur les toits mais il chute sur une partie inaccessible.

Masqué et armé jusqu’aux dents, le maniaque s’en prend ensuite aux autres en lançant sur eux un bahut à pleine vitesse alors qu’ils sortent d’une séance de ciné. Les gamins se réfugient et se barricadent dans l’hôtel. Le Maître des couteaux pénètre par les caves, blesse Yvan mais Dodji réapparaît in extremis, le bastonne et le ligote à la cave. Le maniaque n’est en fait qu’un ado perturbé. Que faire de lui ? Il est dangereux mais on ne peut pas le garder ainsi prisonnier. Ils le libèrent au moment de quitter la ville à bord d’un autobus à l’impérial spécialement aménagé par les soins de Leïla.

Le maître des couteaux rentre chez lui. Dans une chambre un bébé pleure. La fenêtre a été transpercée par un coup de feu…

 Seuls 3

Tome 3 – Le clan du requin

 

Les cinq camarades pique-niquent au bord d’une route au milieu d’un paysage de forêt ravagée par un incendie. Ils sont attaqués par une meute de chiens errants, affamés et agressifs, décanillent d’urgence et poursuivent ainsi leur chemin. Ils sont alors rattrapés par d’autres gosses, avec un petit air de maquisards, à bord d’un véhicule des années 40. Ils les conduisent jusqu’à Treasure Island, un parc d’attraction, où ils ont trouvé refuge. Ils y vivent gaiement dans un univers de pirates.

Un chien capturé au cours de l’expédition est donné en pâture au grand requin blanc, l’attraction vedette du parc. Saul, le fils du propriétaire Matthew Barrie, règne sans partage sur cette petite communauté qu’il a réuni au cours de ses excursions en ville. Saul semble avoir des souvenirs clairs de ce qui s’est passé ! Il est aussi fasciné par Hitler et impose une organisation autoritaire. Cela ne plaît guère à Dodji qui se rebelle. Il est séquestré et torturé. Les autres doivent subir la loi de Saul, les mariages arrangés, la discrimination sexuelle dans l’habillement et les activités quotidiennes. Ils font tout de même la rencontre de quelques jeunes sympa Boris, Zoé et Anton dit « débilos » retrouvé dans un asile, souffre douleur du clan.

Leïla organise l’évasion de Dodji. Pour mettre un terme à ce chambard, Saul lance un défi à Dodji : traverser le bassin du requin à la nage ; le survivant prendra la direction du clan en charge. Dodji traverse tant bien que mal. Saul fait le mariole, se taillade jusqu’au sang et plonge. Il est dévoré par le requin. Pourtant pas question pour Dodji de prendre sa place de chef. Il décide de repartir en ville.

 seuls 4

Tome 4 – Les cairns rouges

 

Yvan s’est lui aussi souvenu de la nuit fatidique où tout a basculé. Il cherche en ville le lieu de l’accident au cours duquel ses parents seraient décédés. En effet, il découvre la carcasse de la voiture, sur le toit. Il est sous le choc.

Le groupe s’est étoffé de quelques parias du clan du requin. L’entente n’est pas parfaite entre eux. Les nouveaux sont bizarres, caractériels, surtout Alexandre et Sélène qui mettent tout le monde mal à l’aise. Ensemble ils ont fortifié un quartier résidentiel en élevant des palissades.

Un soir, au cours du repas les discussions vont bon train sur les questions de solidarité. Et puisqu’on est en septembre Camille propose de reprendre l’école. Cela ne déclenche pas l’enthousiasme général. Anton qui dévore la bibliothèque pour trouver des explications au phénomène des disparitions, évoque la possibilité d’une rétractation de l’univers. Soudain, le maître des couteaux l’interrompe. Il est blessé, tend une grenouillère et s’effondre en demandant de l’aide pour retrouver sa petite sœur.

Les gosses décident de faire une battue en ville à la recherche du bébé. Armés, ils se dispersent et découvrent que des singes se sont aussi échappés du cirque, qu’ils déambulent en costume et façonnent des monticules (les cairns) d’objets hétéroclites et de cadavres de petits animaux, nappés d’une couche de peinture rouge. Ils ont un regard étrange, effrayant. Curieux, les jeunes suivent leur piste et découvre leur repaire au sein de l’opéra. Un chimpanzé porte le bébé sous un bras.

Les gosses décident alors de les charger mais ils sont mis en déroute violemment par des singes très agressifs. Dodji est tout particulièrement atteint par cette défaite. Il jette l’éponge, décide à nouveau de quitter l’équipe et laisse le commandement à Yvan. Il ne supporte plus la pression qui pèse sur lui. Il n’a ni l’âme d’un chef, ni l’âme d’un sauveur.

Yvan projette un nouvel assaut en faisant d’abord diversion avant de pénétrer par le toit grâce à une grue de chantier toute proche. Le plan ne se déroule pas comme prévu mais Dodji réapparaît juste à temps pour sauver la situation. Pour autant il ne revient pas sur sa décision de vivre seul.

Au campement, Anton a fait une étrange découverte en communiquant avec le maître des couteaux : les cairns érigés par les singes délimitent le centre ville. Qu’est-ce que cela signifie ?

Quant à Dodji, il est surpris et abattu sur le toit de l’immeuble où il a planté sa tente…

 seuls 5

Tome 5 – Au cœur du maelström

 

Les enfants ont finalement repris le chemin de l’école avec une méthode originale de maître tournant. La vie semble avoir repris son cours jusqu’à la découverte du cadavre de Dodji. Tristesse, sentiment d’insécurité, colère, vengeance animent le petit groupe. Leïla propose de contre-attaquer et d’aller visite la mystérieuse zone rouge. Mais Boris n’est pas d’accord. Pour calmer le jeu, Yvan met sa succession entre Leïla et Boris au vote. La jeune fille est élue unanimement.

Elle propose immédiatement une incursion dans la zone rouge. Terry se souvient subitement que sa maison était dans le périmètre. Sélène et Alexandre sont mis sur la touche par les autres. Ils ne semblent pas fiables. On perçoit bien qu’ils ont des motivations obscures et qu’ils sont en mission. Ils sont sur le point d’éliminer Terry mais celui-ci s’est enfui pour retrouver sa maison. Ils décident de poursuivre les éclaireurs.

A l’entrée de la zone rouge Boris perd bizarrement le contrôle de la voiture qui s’emplafonne contre une façade. Ils ont juste le temps de sauter en route. Ils rattrapent enfin Terry devant chez lui. Le gamin prend conscience qu’il ne reverra pas ses parents.

Le quartier est inondé et ils poursuivent leur route à bord des canots pneumatiques. Ils sont emportés par le courrant (le maelstrom)  vers le centre ville. Du haut d’un immeuble Sélène et Alexandre décochent leurs flèches. Ils blessent Camille et crève le canot de Leïla. Elle reste perché sur un rebord de fenêtre, tétanisée par la présence du grand requin blanc qui sillonne les parages.

Sélène révèle enfin son secret. Elle doit tuer les enfants pour mettre un terme à leur « retour ». Cela reste assez énigmatique. Elle poursuit le canot de Camille, Boris et Terry à la nage. Elle les rattrape au pied d’un gigantesque monolithe qui rappelle celui de « 2001 l’odyssée de l’espace ». C’est en réalité un agglomérat d’insectes grouillants. Sélène se jette sur Boris et le blesse grièvement. Terry se jette sur Sélène te la blesse. Les 2 enfants sont avalés par un essaim. Une secousse sismique signale que le quartier entier est en train de tourner sur lui-même comme un rubic’s cube.

Surprise, dans un nuage de poussière Dodji réapparaît, bien vivant, ainsi que Saul et sa troupe qui déboule à bord de véhicules militaires. Saul fanfaronne. Il a tué Dodji pour faire la démonstration que ce ne sont pas les autres qui sont morts mais eux ! Chacun se souvient alors de la terrible nuit et de son décès ! Saul harangue tous les gosses et leur promet de lever le mystère. Cette résurrection de Saul ne plait guère à Dodji et Leïla.

Dans sa fuite à travers champs, Alexandre joue les Cassandre : « Vous avez libéré une abomination pire que la mort sur le monde des limbes ». Fin du cycle.

 Seuls l'équipe

 

P.S : Seul…bémol tout de même, c’est d’être allé pomper l’histoire, en l’occurrence « La survivante » de Gilles Fontaine. Il semble que les auteurs revendiquent cette filiation dans un article paru dans le magazine Spirou. En tout cas, leur version est plus passionnante que celle de Gilles Fontaine ! C'est fade et sans suspens.

 

la survivante de gilles fontaine

 

Tag(s) : #BANDES DESSINEES

Partager cet article

Repost 0